Longévité

Danielle Laudy et Eduardo Varela


Mme Danielle Laudy et M. Eduardo Varela donneront des informations qu'ils considèrent précieuses pour conserver notre vie le plus longtemps possible. La santé et l'indépendance au cours de la vie sont des réalités incontournables opposées aux manifestations de l'âgisme qui nous affaiblissent et nous éloignent de la splendeur d'une vie accomplie.
Madame D. Laudy détient un Ph.D. en sciences politiques, un certificat de 2e cycle en éducation et un DESS en bioéthique.
M. Eduardo Varela , médecin psychiatre argentin, s'intéresse beaucoup à la longévité.



Le mystère de la mort est couramment éloigné de la conception traditionnelle de la fin de vie. Un vernis de modernité dangereuse est appliqué sur notre condition de mortel. L'idée répandue de l'euthanasie est entrée dans la pensée collective. La fin de notre existence paraît avoir perdu sa condition de culmination sublime et on voit la subtile dégringolade du plus profond des désirs humains : la survivance.


Par ailleurs, mandaté par la dominance de l'âgisme, on affaiblit la qualité unique de notre présence et on laisse tomber les évidences statistiques encourageantes de certitude sur la longévité. On finit par accepter les préjugés déformants de la réalité de notre âge : l'inévitabilité de subir des maladies, la conviction certaine de devenir dépendants, l'insécurité et autres peurs associées à l'âge. L'image de l'au-delà finit par s'installer dans notre pensée et on commence à la désirer comme option salvatrice.


Sans aucun doute, la continuité en vitalité de notre existence est basée sur la raison d'exister dans la deuxième partie de notre vie : la passion pour ce que nous sommes et la présence définitive à reconnaitre notre être. Un profond air de respect pour nous-mêmes dans la vraie possession de notre espace personnel crée l'atmosphère à respirer pour une longévité bien accomplie. Ce respect demande un virage de la façon d'être dans le monde : se concentrer sur soi-même et orienter sagement notre énergie de vie sociale à vie personnelle, de centrifuge à centripète. L'expérience psychosociologique de nos vies virée vers l'extérieur, configurant de notre identité sociale et réalisation affective, doit subir un convaincant lâcher-prise. Décision de se recycler, de s'aimer avant tout, de devenir convaincu de soi-même. L'âge des aînés sages était basé sur ce positionnement de fierté fortement assumée, acceptée par la société et soutenue collectivement. Chaque jour portera ainsi le scénario à vivre de notre imagination, voire de l'exercice de notre droit à la liberté ample et profond. Approfondir, donc, le concept de la longévité bien campée nous semble fondamental pour lui donner une autre fois la primauté dans la panoplie des désirs humains.


Lire les articles


  • Un nouveau concept universel du temps?
  • Pourquoi les Anglophones vivent-ils si vieux?
  • La nouvelle longévité